JEANNE BARSEGHIAN

Candidate à la Mairie de Strasbourg, conduit la liste « Strasbourg écologiste et citoyenne »

Demain commence aujourd’hui

Découvrez
Jeanne Barseghian
en vidéo

Écologiste de toujours et européenne convaincue, la transition écologique et solidaire comme seule voie crédible est au cœur de son parcours militant, professionnel et politique, en cohérence avec ses valeurs profondes : le respect du vivant, la défense des droits humains et la justice sociale.

Née en 1980, Jeanne Barseghian grandit à Paris, aux côtés de son père avocat, d’origine arménienne, et de sa mère juriste, d’ascendance bretonne. Bachelière en 1998, elle débute ses études franco-allemandes en droit à l’université Paris X Nanterre, où elle obtient une licence et une maîtrise en droit européen et international.


Dans le cadre des échanges Erasmus, elle poursuit ses études de droit franco-allemand en Allemagne, à Münster puis à Berlin, où elle étudie à l’université de Potsdam grâce à une bourse d’études. Elle y obtient un Magister Legum allemand.

Berlin est la ville de toutes les révélations pour cette germanophile. C’est dans cette ville qu’elle prend conscience des enjeux écologiques, qu’elle devient végétarienne et décide de se spécialiser dans le droit de l’environnement. Son sujet de maîtrise : un comparatif des lois françaises et allemandes de protection de la nature.

« Et si ces défis considérables étaient une chance ? L’occasion de repenser des logiques économiques et financières injustes et à bout de souffle ; de vivre mieux et en meilleure santé ; de s’ouvrir les un.es aux autres et d’apprendre à s’entraider. N’est-ce pas le moment d’interroger le sens que nous voulons donner à nos vies pour aller à l’essentiel ?

De retour en France en 2002, Jeanne Barseghian s’installe à Strasbourg pour y étudier le droit de l’environnement à l’université Robert-Schumann. Jeune diplômée, elle s’engage dans le milieu associatif, notamment à Alsace Nature et au Groupement d’études et de protection des mammifères d’Alsace (GEPMA).

Elle participe au repérage de terriers de blaireaux ainsi qu’au recensement des terriers de grands hamsters d’Alsace pour le compte de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS).

A l’issue d’un stage au Conseil de l’Europe, elle publie un article sur les activités de l’organisation dans le domaine de l’environnement et de l’aménagement du territoire.

En 2004-2005, la juriste suit la formation de l’Institut d’ECO-Conseil. Elle passe ainsi du droit de l’environnement au conseil et à la sensibilisation.

« L’urgence nous somme d’agir, d’agir vite et d’agir fort, si nous voulons garder l’espoir d’un monde vivable pour toutes et tous. Partout dans le monde, la mobilisation grandit et cet espoir devient réel. Strasbourg ne peut pas rater ce rendez-vous. Strasbourg peut et doit montrer la voie vers un nouveau modèle de société. »

Un autre stage la conduit au Conseil Régional d’Alsace où elle est chargée de développer l’éco-tourisme dans le cadre du programme « Rhin Vivant / Lebendiger Rhein ». Ce projet pilote est destiné à valoriser la bande rhénane de Bâle à Lauterbourg, sur les deux rives du Rhin. Jeanne Barseghian y fédère pendant cinq ans une centaine de partenaires français et allemands qui collaborent sur un projet de valorisation du patrimoine et de la richesse naturelle de ce territoire transfrontalier.

En 2010, le jeune trentenaire ressent le besoin de renouer avec ses racines arméniennes. Elle s’engage alors dans plusieurs projets de coopération avec l’Arménie, dans le domaine de l’éco-tourisme, de la gestion des déchets et des échanges socioculturels. Elle crée à Strasbourg une antenne de l’association Sevak, du nom du poète arménien Parouir Sévak, et travaille pendant deux ans pour cette association. Pendant cette période, elle apprend la langue arménienne et s’imprègne de cette culture. En 2016, elle participe également au tournage d’un documentaire d’Arte, Voyage en Anatolie.
« Nous pouvons porter une écologie ambitieuse, populaire et joyeuse, une écologie qui préserve nos biens communs et notre quotidien tout en créant du lien. Je crois profondément en l’humain, en ces étincelles présentes en chacun.e de nous et qui ne demandent qu’à s’exprimer. »

De retour dans sa ville d’adoption, Strasbourg, Jeanne Barseghian devient attachée du groupe des élus écologistes à la Région Alsace en 2012. Elle participe dans ce cadre à la campagne pour le Conseil unique d’Alsace et travaille sur les scénarios de l’après-Fessenheim.

En parallèle, l’éco-conseillère exerce en tant que consultante en développement durable. A ce titre, elle accompagne notamment les établissements hospitaliers de Bar-le-Duc, Lunéville et l’agglomération de Forbach dans leur processus de transition écologique (Plan Climat et Agenda 21).

En 2013, alors que débute la campagne pour les élections municipales à Strasbourg, elle adhère au parti Europe Ecologie – Les Verts. Sa rigueur et ses convictions en font une recrue de choix pour Alain Jund, alors tête de liste. A sa demande, Jeanne Barseghian coordonne la rédaction du programme avec Jean Werlen et figure en 4ème place sur la liste.

« Le temps est venu de mettre l’écologie, la solidarité et la citoyenneté au pouvoir à Strasbourg ! Alors faisons-le ensemble !

Élue, nommée co-présidente du groupe écologiste à la Ville de Strasbourg, elle obtient une délégation du président de l’Eurométropole sur l’Economie sociale et solidaire, puis une seconde délégation sur la réduction des déchets, qu’elle exerce de 2016 à 2018. Elle œuvre en faveur d’une politique Zéro déchet, notamment en soutenant l’initiative Cantine sans plastique.

 

En tant qu’élue à la ville de Strasbourg et à l’Eurométropole, Jeanne Barseghian est membre du Conseil d’Administration du Réseau des collectivités Territoriales pour une Économie Solidaire (RTES) et membre de la Commission Europe du Réseau. Elle est membre du Conseil d’Administration de France Active Alsace et du Relais Chantiers. Elle fait également partie des membres français du Conseil de l’Eurodistrict Strasbourg-Ortenau.

« Nous avons commencé à écrire une nouvelle histoire pour notre ville et cette histoire s’inscrit dans un mouvement plus vaste en Europe et dans le monde. La transformation commence dès maintenant et elle ne s’arrêtera pas ! »

En 2018, le démarrage du chantier du Grand Contournement Ouest (GCO), projet d’autoroute inutile qui sacrifie 300 hectares de terres agricoles à 10 kilomètres de Strasbourg, signe une rupture avec Robert Herrmann qui soutient le projet : les élu.e.s écologistes quittent alors l’exécutif de l’Eurométropole. « Choc absolu » et « déni démocratique » pour Jeanne Barseghian, qui soutient la grève de la faim entamée par des militants anti-GCO. Elle est également présente lors de l’évacuation de la Zone à Défendre (ZAD) de Kolbsheim.

Dans le même temps, la démission de Nicolas Hulot du gouvernement, le lancement des manifestations des Jeunes pour le Climat et le mouvement des Gilets Jaunes achèvent de la convaincre de l’urgence d’agir conjointement sur les plans de l’écologie, du social et de la participation démocratique.

Elle fait partie des premiers signataires de la pétition « La ville appartient à toutes et tous », qui demande au maire de Strasbourg d’annuler l’arrêté anti-mendicité pris en avril 2019.

En octobre 2019, Jeanne Barseghian est désignée tête de liste par l’Assemblée citoyenne pour mener la liste « Strasbourg écologiste & citoyenne » aux élections municipales des 15 et 22 mars 2020.

Suivez Jeanne Barseghian sur les réseaux sociaux !