Alors que dans de nombreuses grandes villes, la désinfection de l’espace public a été engagée depuis plusieurs semaines, Strasbourg s’est mis dans leur sillon à partir de la fin mars.

Le Haut conseil de la santé publique est pourtant formel : la désinfection de l’espace public est inutile car le COVID 19 ne risque pas d’être transmis par le mobilier urbain (1). Depuis, certaines Agences régionales de santé et préfectures ont relayé cet appel à ne pas réaliser la désinfection de l’espace public.

Pire, dans la précipitation, les risques pour la santé et l’environnement n’ont pas été précisément évalués. A Strasbourg, nous avons échappé à la Javel : le produit pulvérisé, le « Pandox » est censé être « 100% biodégradable »… ce qui n’empêche qu’il puisse avoir des effets néfastes pour les humains et l’environnement, notamment les milieux aquatiques (2).

Nous souhaitons l’arrêt de ces désinfections et la transparence sur leurs impacts

A Strasbourg, comme ailleurs en France, la décision de désinfecter l’espace public fait figure d’opération de communication : il s’agit de montrer que la collectivité agit face à la crise, et qu’elle protège ses habitant·es. Le mimétisme n’est pourtant pas la meilleure stratégie, surtout lorsqu’elle ignore les conséquences de ces actions et les véritables besoins des habitant·es. Nous souhaitons donc l’arrêt de ces opérations de désinfection et la transparence sur les impacts sanitaires et environnementaux des produits utilisés ces dernières semaines. Nous n’avons pas besoin d’une désinfection spectaculaire de l’espace public, mais que la collectivité prenne des décisions informées, raisonnables et pertinentes pour lutter contre l’épidémie de COVID 19.

(1) https://www.hcsp.fr/Explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=791
(2) https://www.rue89strasbourg.com/desinfection-arret-tram-strasbourg-dangereuse-environnement-quasi-inutile-coronavirus-172305