Née en 1980 en région parisienne, Jeanne Barseghian s’est installée à Strasbourg en 2002. Après des études franco-allemandes en droit, elle devient juriste de l’environnement et s’engage dans le milieu associatif, notamment à Alsace Nature et au GEPMA (Groupement d’études et de protection des mammifères d’Alsace). Elle travaille ensuite sur le programme « Rhin vivant » qui vise à revitaliser les écosystèmes rhénans puis monte
des projets de coopération avec l’Arménie dans le domaine de l’éco-tourisme, de l’environnement et de la gestion des déchets.

Après avoir conseillé plusieurs Plans Climat et Agenda 21, Jeanne Barseghian adhère au parti Europe Ecologie les Verts en 2013 et coordonne la rédaction du programme pour les élections municipales de 2014 à Strasbourg. Élue, nommée co-présidente du groupe écologiste à la Ville de Strasbourg, elle obtient une délégation du président de l’Eurométropole sur l’économie sociale et solidaire (ESS), puis une seconde délégation sur
la réduction des déchets, qu’elle exerce de 2016 à 2018.

Le 5 octobre 2019, l’Assemblée citoyenne désigne Jeanne Barseghian comme tête de Liste pour la démarche Strasbourg, écologiste & citoyenne en vue des élections municipales en mars 2020.

“Notre projet, ambitieux et sincère, se construit pour répondre à trois défis, indissociables et tous prioritaires : le défi écologique, le défi social
et le défi démocratique.”

Extraits de son discours lors de son élection à la tête de Liste :

Le défi écologique d’abord, car nous n’avons pas le droit de nous résigner face au dérèglement climatique et à la disparition des espèces animales et végétales. Nous voulons des coquelicots, des hirondelles, des papillons et des abeilles. Nous voulons vivre mieux et en meilleure santé. Et surtout nous voulons un avenir pour nos jeunes et nos enfants. Aujourd’hui, dans les marches pour le climat, des adolescents nous interpellent, ils nous disent que quand ils seront grands, ils aimeraient pouvoir vivre, tout simplement. Ne les décevons pas, soyons à la hauteur et agissons !
Le défi social ensuite, car il est inacceptable que notre ville compte près de 25% de personnes vivant sous le seuil de pauvreté ! Un comble pour une ville, pourtant bien placée dans tous les palmarès des « villes dites attractives » et qui a tant investi dans des dépenses de prestige. Strasbourg est l’une des villes les plus inégalitaires de France. Mais ce constat n’est pas une fatalité. La lutte contre la précarité et contre les inégalités sociales et territoriales, l’accueil et la protection des personnes, en particulier des plus vulnérables, les besoins du quotidien, doivent être une priorité ! Dans notre ville, chaque personne doit pouvoir vivre dignement, et ce dans tous les quartiers de Strasbourg.
Le défi démocratique enfin, parce que la démocratie représentative, à l’image de notre Vème République, est bien fatiguée, et qu’il est urgent de redonner du sens et du souffle à la vie collective, aux communs, à nos institutions, à notre espace public. Bref de fabriquer la ville par et pour les habitant.es, grâce à l’initiative citoyenne, à la participation permanente, aussi bien en amont des choix politiques que dans leur mise en œuvre et leur évaluation. Mais ce n’est pas tout, en tant que ville rhénane et capitale européenne, nous avons à Strasbourg aussi la responsabilité de montrer la voie d’une Europe citoyenne, juste et inclusive.
Ces trois grands défis du 21ème siècle, ces trois urgences doivent être notre boussole. Tous nos projets, tous nos moyens, doivent contribuer à y répondre. Il y a tant à faire ! Mais la bonne nouvelle, c’est que les solutions existent et que chaque habitante, chaque habitant de Strasbourg en détient une part. Ainsi, conformément aux principes que nous nous sommes fixés, notre programme sera fabriqué ces prochains mois en co-construction.